Les traitements contre la dysfonction érectile et le cancer de la peau : y-a-t’il un lien?

L’arrivée des traitements de la dysfonction érectile a révolutionné l’industrie pharmaceutique.  Le Viagra, premier médicament oral à voir le jour pour les troubles érectiles a définitivement changé beaucoup de choses.  La question qui se pose aujourd’hui est : Existe-t-il un lien entre le Viagra et le cancer mélanome (cancer de la peau)  chez l’homme ?

Ce qu’il faut savoir est que le Viagra est un inhibiteur de phosphodiestérase de type 5 (PDE5) qui joue un rôle déjà identifié dans le développement de certaines cellules cancéreuses (mélanome).  Des analyses effectuées sur environ 4000 patients caucasiens diagnostiqués pour mélanome ont démontré des résultats de recherches qui confirmaient que les patients qui utilisent des traitements oraux qui agissent sur la dysfonction érectile tel de Viagra (Sildénafil), avaient un risque légèrement accru de mélanome.  Les chercheurs ont  cependant émis une mise en garde contre les conclusions hâtives.  De plus amples recherches et études seront nécessaires pour permettre des conclusions plus définitives.

CANCER DE LA PEAULes scientifiques ont constaté que 11% des patients qui avaient utilisé le Viagra, le Lévitra ou le Cialis  ont un risque un peu plus élevé de développer un mélanome mais selon d’autres chercheurs, ce risque est surévalué. Ils énoncent une absence de différence dans le risque entre les hommes ayant pris ces médicaments pendant de longues périodes et ceux les ayant utilisés sporadiquement donc,  de là leur interrogation sur l’existence d’un réel lien de cause à effet avec le mélanome.

L’argument des chercheurs qui ne croient pas au risque plus élevé est que les patients de l’étude en question ne sont pas représentatifs.  La majorité des hommes dans cette étude qui prenaient du Viagra ou son équivalence, avaient un niveau d’études supérieur et des revenus annuels élevés, des facteurs qui sont également liés à un risque plus grand de développer ce type de cancer.  En fait, ce que la recherche démontre est que les hommes qui ont le plus grand risque de mélanome ont des revenus plus élevés qui leur permet de prendre plus de vacances au soleil et de se payer des médicaments assez dispendieux contre leurs troubles érectiles.  Les hommes qui n’ont pas recours aux pilules bleues se rendraient moins souvent chez le médecin que ceux qui le font. 

De toute évidence, l’étude controversée qui a été financée par des dons privés ne fait pas l’unanimité.

Le Viagra a généré des ventes et un chiffre d’affaire d’environ 1,6 milliard de dollars pour Pfizer en 2016.  Ce dernier est un marché très lucratif et son potentiel dépasse est énorme et non seulement lorsqu’il est question de dysfonction érectile.  Le Viagra ou Sildénafil permettrait de réduire l’incidence de certains troubles cardiovasculaires.   Pour l’instant, il est trop tôt pour définitivement parler de risque plus élevé de cancer de la peau chez les patients qui choisissent d’utiliser le Viagra ou des traitements semblables.